Conformément aux missions qui lui sont dévolues, le Fgar intervient en sa qualité de co-preneur de risque en faveur des PME sollicitant des crédits d'investissement affectés à la création d'entreprise, à l'extension d'activité et au renouvellement et/ou rénovation des équipements.

Le taux de couverture consenti par le Fgar sur ses fonds propres peut atteindre 80% du montant du crédit bancaire accordé par Natixis Algérie pour un plafond de 100 millions de dinars, alors que celui accordé sur les fonds Meda, dans le cadre de l'accord de partenariat entre l'Algérie et l'Union européenne, atteint 60% du principal des financements accordés par cette même banque pour un plafond de 250 millions de dinars. 

Lors de la cérémonie de signature de cette convention-cadre, le directeur général du Fgar, Abderraouf Khalef, a expliqué que l'objectif premier de ce Fonds est de "faciliter l'accès aux financements bancaires à moyen terme afin d'appuyer le démarrage et l'expansion des PME, en accordant des garanties de crédits aux banques commerciales, afin de compléter le montage financier de projets d'entreprises viables et orientés vers la création et/ou le développement d'entreprises".

De son côté, le directeur général du Natixis Algérie, Boris Joseph, a souligné que cette convention vient renforcer la volonté de cette banque "de développer et de diversifier l'octroi des financements destinés à l'accompagnement des PME algériennes dans la réalisation de leurs projets d'investissement".

Natixis Algérie, a-t-il poursuivi, "poursuit ainsi son engagement dans l'accompagnement des PME, contribuant avec enthousiasme à l'essor de l'industrie nationale dans une phase nouvelle du développement économique de l'Algérie".

Pour rappel, depuis son entrée en activité en 2004, le Fgar a accompagné près de 2.000 PME en ayant attribué des garanties de crédits d'une valeur de l'ordre de 51 milliards de dinars. Près de 60% de ces financements ont été destinés au secteur de l'industrie contre 27% au BTPH, 13% aux services et 1% au secteur de l'agriculture et de la pêche.

Lire de la source (APS)