Une centaine de milliers de paiements électroniques de transactions commerciales ont été effectués en 2017 alors que le règlement par cash continue à prédominer, a indiqué mardi l'administrateur du Groupement d'intérêt économique de la monétique (GIE monétique), M. Madjid Messaoudène.

Ces e-paiements ont été réalisés à travers les 18 web marchands existants pour le règlement des factures et d'autres transactions commerciales, a indiqué M. Messaoudene sur les ondes de la radio nationale.

Quant aux paiements effectués à travers les terminaux de paiements électroniques (TPE) auprès des rares commerces qui en possèdent, ils ont été de de 90.000 opérations.

Selon lui, l'année 2018 devrait être marquée par une large propagation des paiements électronique à la faveur de la disposition de la Loi de finances 2018 qui stipule que tout agent économique, qui offre des biens ou services à des consommateurs, doit mettre à leur disposition des TPE pour leur  permettre de régler le montant de leurs achats par carte de paiement électronique, et grâce aussi au projet de loi sur le commerce électronique qui sera bientôt soumis au Parlement.

S'exprimant sur la sécurisation du système de e-paiement, M. Messaoudène assure que les risques de piratage des données des titulaires de cartes sont quasiment impossibles compte tenu que ce système bénéficie de standards internationaux en matière de sécurité.

"Nous travaillons depuis longtemps sur la sécurisation de ces opérations parce qu'il faut tout d'abord donner confiance à ce système en veillant à ce que l'utilisateur de ce type de paiement doive être rassuré que son compte et, donc, son argent soient sécurisés", a-t-il avancé.

Pour rappel, le président du conseil de direction du GIE monétique, Boualem Djebbar, avait indiqué récemment qu'environ 1,5 million de cartes ont été distribuées par les banques. 

Côté grandes entreprises, il faut rappeler que les grands facturiers tels Sonelgaz, Algérie Télécom, Mobilis, Air Algérie, Société des eaux et d'assainissement d'Alger (SEAAL), Djezzy, Oeredoo et des compagnies d'assurance proposent déjà des services de paiement en ligne.

Créé en 2014 par les banques commerciales de la place, GIE monétique, qui est un organe de régulation, a pour missions essentielles de piloter l’interbancarité à travers la gestion des standards et normes dans le secteur de la monétique, la définition de produits bancaires et des règles de leur mise en oeuvre et la gestion de la sécurité avec pour objectif de promouvoir la monétique par la généralisation de l’usage de la carte de paiement.

Lire de la source (APS)